•  

    A LA MANIERE DE : PHILIPPE MEYER

    pastiche

    .

      Heureux habitants des Bouches-de-l'Escaut et des autres départements français, il est interdit aux myopes de conduire sans leurs verres correcteurs sur l'ensemble de notre territoire. Il en va de même aux Etats-Unis d'Amérique, où même il semblerait défendu aux vues faibles de circuler à pied dans les mêmes conditions. C'est ce que vient d'y apprendre à ses dépens James Derranger, employé municipal et jusque là citoyen modèle de la ville de Coquille, Orégon.

      James Derranger affligé d'une myopie sensible déambulait donc de par les trottoirs de sa riante cité. Sa vue médiocre ne l'affligeait guère, car il raisonnait ainsi : "Ma femme a beau dire, il est insupportable d'avoir ses lunettes sur soi lorsqu'une température de 90 degrés Farenheit vous met le visage en eau. De toute façon je continue à distinguer les passants, les réverbères et les tranchées des travaux publics jusqu'à une distance voisine de 30,48 mètres."

      Or le malheur voulut qu'à une distance juste un peu supérieure à cent pieds vint droit sur notre homme Gladys McCotton. Gladys McCotton, ça n'est pas pour me vanter, était l'avocate la plus conne du comté de Coquille (1). Ce léger travers ne la gênait nullement pour exercer, moins encore pour trouver des clients. D'âge, elle n'avait guère ; de beauté moins encore, et de sexe, probablement pas du tout. Elle disposait en revanche d'une acuité visuelle perçante. Elle remarqua immédiatement le regard perdu dans le vague, mais par hasard posé sur elle de l'employé municipal.

      Elle héla le policier le plus proche. Elle dénonça la violence morale sexiste et le machisme toujours renaissant des mâles de merde. Incontinent dévié de ses pérégrinations en direction du commissariat, James Derranger y demeura trois heures tandis que sa femme Susan réunissait deux mille dollars de caution. Hélas ! Susan Derranger ne voulut jamais croire l'invraisemblable version des faits que donnait son époux. Il en coûta donc à ce dernier cent dollars d'amende, ainsi que huit cents dollars de pension alimentaire mensuelle, ce qui pour un Etasunien doit être regardé comme fort raisonnable.

      Afin de ne pas alourdir le contentieux conjugal, Susan Derranger consentit à ne pas recourir en divorce aux services de Gladys McCotton.

      Nous vivons une époque formidable !

    .

    (1)  L'avis de notre Conseil : "Malheureux ! Corrigez au plus vite ! "l'avocate la plus connue du comté"!  

    .

     


    Tags Tags : , , , ,