•  

    FABLE LIBERALE

    Le Salarié ayant chanté
    Toutes les trente Glorieuses
    Se trouva fort dépourvu
    Lorsque la Chine fut venue. 
     Plus la moindre petite certitude
    De niveau de vie ni de couverture sociale !
    Il alla crier emploi chez l'Entrepreneur son voisin
    Le priant de verser pour lui à l'urssaf
    De quoi subsister après sa retraite.
    - Je travaillerai pour vous, lui dit-il,
    Foi de syndical,
    Sauf dans l'Août, trente-cinq heures moins les pauses.
    Mais l'Entrepreneur et le social !
    C'est là son moindre souci.
    - Que faisiez-vous, au temps des salaires indexés ?
    Dit-il à cette charge vivante.
    - Samedis et RTT, à tout venant
    Je courais les champs, ne vous déplaise.
    - Vous loisissiez ! J'en suis fort aise
    Eh bien ! Dansez devant le buffet, maintenant !

    .

    *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

     


    Tags Tags : , , , ,